La maison passive : confort optimal et consommation d’énergie minimale

Beaucoup rêvent d’une maison qui, bien qu’offrant tout le confort nécessaire à la vie moderne, soit complètement autonome en énergie. Mais est-ce aujourd’hui envisageable ?

La maison passive, comme on en construit depuis plusieurs années sur le territoire luxembourgeois, permet de considérablement réduire sa consommation énergétique.

Une maison passive : qu’est-ce que c’est ?

Une maison passive est un bâtiment conçu dans l’optique de minimiser les besoins en énergie, tout en restant confortable tout au long de l’année. On la dit « passive » dans la mesure où, par son orientation, sa structure, son isolation et son étanchéité, elle limite la nécessité de recourir à un système de chauffage « actif ». A travers elle, on va par exemple chercher à optimiser la température intérieure au départ du rayonnement naturel du soleil, mais aussi considérer d’autres sources de chaleur, celle émanant des occupants ou encore des équipements électroménagers, etc.

Son enveloppe étanche, du plancher jusqu’au toit en passant par les murs, permet d’éviter les déperditions de chaleur et, de ce fait, de devoir les compenser en activant un système de chauffage.

Quelle est la performance énergétique d’une maison passive ?

Une maison passive doit répondre aux critères suivants :

  • besoins annuels en chauffage inférieurs ou égaux à 15 kWh/ m2
  • besoin total en énergie (électroménager inclus) inférieur ou égal à 120 kWh/m2 par an.

La maison passive correspond au niveau de performance énergétique d’un bâtiment le plus élevé (certificat de performance énergétique de classe A). Un certificat de performance énergétique de classe B est attribué aux logements à basse consommation d’énergie. La classe C correspond aux habitations économes en énergie. La classe I ferme le classement.

Bon à savoir

Selon les chiffres communiqués, l’année dernière, par les ministres de l’Environnement et de l’Énergie, au départ d’une évaluation datant de 2021, 8,6% des maisons unifamiliales du pays se trouvent dans la classe de performance énergétique A et 12,1% dans la classe B. La catégorie la plus représentée, toutefois, est la classe G, qui regroupe 13% des maisons. Les chiffres restent très élevés dans les catégories H (11%) et I (11,7%).

Quels sont les avantages d’une maison passive ?

  • Une moindre consommation. Une maison passive consomme 75% d’énergie de chauffage en moins qu’une maison à faible consommation énergétique (basse énergie). Ce pourcentage augmente à 90% si l’on compare le niveau passif à une maison de construction traditionnelle. Globalement, une maison passive se contente d’environ 1,5 litre de mazout par mètre carré par an.
  • Des maisons agréables à vivre. Par sa conception, la maison passive assure à ses habitants un confort de vie optimal tout au long de l’année. La température évolue peu à l’intérieur grâce à l’isolation. Le renouvèlement de l’air, en raison de l’étanchéité de l’habitation, doit s’opérer grâce à une ventilation mécanique contrôlée double-flux, avec récupération de chaleur.
  • Un confort acoustique optimal. L’isolation vous préserve des nuisances sonores extérieures, contribuant à créer une atmosphère de quiétude.
  • Une valeur du bâtiment préservée. Les exigences en matière de performance énergétique des bâtiments évoluent vite. Les habitations les moins performantes voient en effet leur valeur diminuer plus rapidement.

Quels sont les inconvénients liés à une maison passive ?

Le principal inconvénient des maisons passives réside dans leur coût initial plus élevé. On estime le prix d’une maison passive 20 à 30% plus élevé qu’une maison basse consommation. Il faut aussi noter que la mise en œuvre d’une maison passive implique de recourir à une expertise spécialisée et d’accepter certaines contraintes au niveau de la conception, liées à l’emplacement et à l’orientation.

Vers des maisons à énergie positive ?

Au cœur d’une maison passive, le recours au système de chauffage est restreint. Le confort de l’habitation est garanti sans apport d’énergie supplémentaire. Une petite pompe à chaleur, par exemple, peut servir d’appoint à certaines périodes clés de l’année et permet de répondre au besoin en eau chaude. L’énergie nécessaire à cette installation peut être apportée par une petite installation photovoltaïque, dans une optique d’autoconsommation. La mise en place de panneaux solaires thermiques permet aussi de limiter sa consommation d’énergie pour les besoins sanitaires.

Le recours au renouvelable, dans le cadre d’une maison passive, permet donc facilement de disposer d’une maison à énergie positive. Autrement dit, l’énergie produite à l’échelle de l’habitation devient supérieure à celle consommée.

Au regard de l’évolution des usages, et notamment de l’adoption de la mobilité électrique, les besoins en électricité liés à l’habitation pourraient être plus important à l’avenir. Il est donc intéressant d’étudier la possibilité de recourir au renouvelable, et notamment au photovoltaïque, pour répondre à ces évolutions.

#économies#électricité#énergies renouvelables#innovation
En résumé

Une maison passive est un bâtiment conçu dans l’optique de minimiser les besoins en énergie pour demeurer confortable tout au long de l’année. On la dit « passive » dans la mesure où, par son orientation, sa structure, son isolation et son étanchéité, elle limite la nécessité de recourir à un système de chauffage « actif ». Ses besoins annuels en chauffage sont inférieurs ou égaux à 15 kWh/ m2. Son besoin total en énergie (électroménager inclus) est inférieur ou égal à 120 kWh/m2.

Evaluez cet article.

Your page rank: