Nous continuons à traverser une crise énergétique. Celle-ci a commencé dès 2021, lorsqu’une offre faible, couplée à des stocks de gaz moins remplis, a rencontré une demande élevée, ce qui a entraîné des hausses de prix considérables sur les marchés de gros.

#gaz naturel

Nous vous aidons à comprendre les évolutions du marché de l’énergie en toute transparence.

Chère cliente, cher client

Nous continuons à traverser une crise énergétique. Celle-ci a commencé dès 2021, lorsqu’une offre faible, couplée à des stocks de gaz moins remplis, a rencontré une demande élevée, ce qui a entraîné des hausses de prix considérables sur les marchés de gros.

Ce qui s’est passé jusqu’à présent

La pénurie d’approvisionnement ainsi que le faible niveau de remplissage des réservoirs de gaz naturel avant l’hiver dernier avaient pour origine la Russie. Cette situation tendue s’est encore aggravée depuis l’attaque russe contre l’Ukraine.

En 2021, 40% de la consommation totale de gaz de l’UE était encore couverte par du gaz provenant de Russie. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les marchés réagissent avec une extrême nervosité à un éventuel arrêt des exportations russes et la situation géopolitique crée une immense pression sur les prix de l’énergie.

Alors que l’UE s’efforce de devenir largement indépendante du gaz russe, les flux de gaz en provenance de Russie ont été réduits ou parfois totalement stoppés par la partie russe, ce qui a entraîné de nouvelles flambées des prix. Sur les marchés de gros, les prix ont parfois été multipliés par dix par rapport aux années précédentes.

Les fournisseurs de toute l’Europe ne peuvent que partiellement absorber ces hausses de prix sans précédent. Comme l’électricité est également produite en partie avec du gaz, l’évolution des prix du gaz pousse les prix de l’électricité à la hausse.

L’approvisionnement en gaz au Luxembourg

Même s’il importe 100% de son gaz naturel, le Luxembourg est moins directement dépendant physiquement des livraisons de gaz russe que d’autres nations. Grâce à une union de marché avec la Belgique, la part de gaz russe est estimée à 13-14%. La majeure partie du gaz naturel au Luxembourg arrive via le port de gaz naturel liquéfié de Zeebrugge ou via des gazoducs en provenance de Norvège et des Pays-Bas.

La réduction des livraisons russes, voire leur éventuelle interruption, se répercute également sur le Luxembourg. Le gaz russe fait défaut et les pays les plus touchés doivent se tourner vers d’autres sources, c’est-à-dire se réapprovisionner sur le marché. Cela conduit à de nouvelles hausses de prix et à d’éventuelles difficultés d’approvisionnement.

Que signifie la situation actuelle pour les clients résidentiels ?

En ce qui concerne la sécurité d’approvisionnement, les clients résidentiels, tout comme les hôpitaux par exemple, font partie des clients protégés, ce qui signifie que l’approvisionnement en gaz ne leur est généralement pas coupé. En cas de pénurie de gaz ne permettant plus d’approvisionner tous les clients, l’industrie serait la première à réduire ou à couper l’approvisionnement. Cette mesure vise à garantir qu’il y ait toujours suffisamment de gaz disponible pour les ménages.

Cette situation a toutefois des répercussions massives sur les prix. Il est d’ores et déjà prévisible que de nouvelles hausses de prix importantes auront lieu à l’automne.

Au Luxembourg aussi, les clients finals doivent malheureusement faire face à une forte augmentation de leurs factures. C’est la raison pour laquelle Enovos adapte en permanence les acomptes à la situation, afin de s’y conformer le plus possible et d’éviter des paiements complémentaires trop élevés pour ses clients.

Aides d’État

Conscient de cette problématique, le gouvernement luxembourgeois a annoncé fin février une série d’aides visant à réduire l’impact pour les consommateurs. Primes énergétiques, prise en charge des coûts d’utilisation du réseau, augmentation des aides pour les travaux de rénovation énergétique, etc. ; plusieurs mesures gouvernementales sont mises en place afin de limiter l’impact de cette hausse pour les consommateurs.

Découvrez toutes les mesures ici :

Économiser l’énergie

Le meilleur et le seul moyen de lutter contre l’augmentation des coûts est d’économiser le plus d’énergie possible. La meilleure énergie est celle qui n’est pas consommée. De plus, l’énergie économisée aide à faire face à d’éventuelles pénuries d’approvisionnement.

Pour éviter les pénuries d’approvisionnement en hiver, il est très important d’économiser dès maintenant le gaz et l’électricité. Le gaz que nous ne consommons pas en été, par exemple pour produire de l’électricité, peut être stocké pour l’hiver. À partir du mois d’août de cette année et jusqu’en mars 2023, les États membres de l’UE, dont le Luxembourg, doivent réduire leur consommation de gaz de 15 %. Nous ne pourrons atteindre cet objectif que tous ensemble. La somme de nombreuses petites économies représente une grande valeur de contribution.

Des conseils pour économiser l’énergie sont disponibles sur https://www.lets-save-energy.lu

Cet article vous a plu ?

Your page rank: